Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.
Certaines des fonctions de notre site ne sont pas prises en charge par votre version de navigateur, ou vous avez peut-être sélectionné le mode de compatibilité. Veuillez désactiver le mode de compatibilité, télécharger Internet Explorer 9 ou une version plus récente, ou essayer d’utiliser un autre navigateur tel que Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Les secrets des meilleures – Découvrez les pratiques exemplaires des sociétés les mieux gérées au Canada

FRI112017

 

Publié le 21 novembre 2017

Depuis près de 25 ans, le programme des sociétés les mieux gérées au Canada reconnaît et célèbre l’excellence des sociétés privées. Durant ces années, nous avons eu l’occasion de découvrir et d’étudier des milliers de sociétés privées parmi les mieux gérées au Canada. La longévité du programme a permis à Deloitte d’acquérir une connaissance unique et privilégiée des traits distinctifs des sociétés les mieux gérées et de la façon dont les pratiques exemplaires de ce groupe remarquable d’entreprises canadiennes de premier plan évoluent continuellement pour demeurer à l’avant-garde.

En guise de préambule, jetons un coup d’œil à notre méthode d’évaluation de ces sociétés. Les principes sur lesquels nous nous appuyons ont changé avec le temps, mais, pour l’essentiel, les entreprises qui réussissent le mieux se reconnaissent à quatre critères fondamentaux et immuables : la stratégie, la capacité de mettre celle-ci en œuvre et la résolution à le faire, un engagement de calibre mondial de la part des dirigeants et des employés envers leur société et l’excellence de leur performance financière.

Avec le temps, nous avons pu observer les pratiques exemplaires de chacune de ces sociétés et les moyens qu’elles doivent prendre pour se hisser au palmarès des sociétés les mieux gérées au Canada.

Nous avons jugé utile de vous présenter ces pratiques exemplaires afin de vous aider dans votre rôle en tant que leader d’affaires.

Stratégie

Considérons d’abord le volet stratégie. Parmi les facteurs qui contribuent à l’excellence de ces entreprises, il y a l’établissement d’une orientation bien définie, l’attention particulière portée à la conduite de leurs activités, ainsi que la façon dont elles communiquent leurs décisions stratégiques à leurs employés et suscitent leur intérêt. Voici certaines des tendances que nous avons pu observer :

  • Il est devenu de plus en plus crucial d’identifier qui est le client cible, mais surtout qui il n’est pas, et d’utiliser cette information pour faire des choix judicieux pour se démarquer de la concurrence et la dépasser.
  • Les sociétés s’efforcent de bien communiquer leur orientation stratégique à leurs employés, pour réduire les chances d’échec qui découleraient d’une vision confuse.
  • Les sociétés accordent une plus grande importance à l’évaluation de leur orientation stratégique en procédant à une analyse ciblée d’indicateurs clés et de jalons qui attestent de la progression d’une organisation dans la bonne direction.

Le vif intérêt porté à la stratégie a amené plusieurs de ces sociétés à accroître sensiblement leurs efforts pour redéfinir leur mission, leur vision et leurs valeurs fondamentales. Au cours des cinq dernières années, nous avons ainsi vu un nombre important d’entreprises se prêter à cette remise en question dans le but de se recentrer sur l’essentiel et de se doter des moyens d’atteindre un objectif plus ambitieux encore, un stade supérieur qui permet ultimement aux employés, comme aux dirigeants, d’avoir une vie professionnelle plus valorisante.

Le défi que doivent relever toutes les entreprises et tous les professionnels consiste à déterminer s’ils ont consacré suffisamment de temps à établir et à énoncer intelligiblement leur orientation, et s’ils ont su revaloriser le travail dans leur entreprise. Cet exercice contribue à accroître détermination et implication, et a le potentiel de transformer un simple emploi en l’« œuvre d’une vie ».

Capacité

Au-delà du fait d’avoir une orientation et une stratégie bien définies et articulées, ces sociétés se révèlent être de calibre mondial lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre leur vision. Comment y parviennent-elles? D’abord, en réduisant le nombre de leurs priorités, ensuite en misant davantage sur les technologies, les systèmes et les processus, enfin en mesurant leur degré de productivité et d’innovation pour ensuite s’appuyer sur ces deux leviers pour en faire plus avec moins et améliorer ainsi la capacité à se démarquer de la concurrence.

Toutefois, pour pouvoir réussir la mise en œuvre de leur stratégie, les sociétés doivent faire preuve de plus en plus de rigueur pour composer l’équipe qui en assumera la responsabilité et déterminer si elles disposent des personnes appropriées pour suivre le cap qu’elles se sont fixé. Un chef de direction a récemment déclaré en guise de boutade qu’il se demandait périodiquement s’il embaucherait de nouveau, et avec le même enthousiasme, la même équipe de direction aujourd’hui. Les sociétés les mieux gérées sont parfois confrontées à des choix déchirants quand il s’agit d’apporter les changements nécessaires dans leurs équipes (ce qui les rend humaines et donc dignes d’intérêt) mais, au bout du compte, elles se résolvent à ces changements et mettent en place le leadership dont elles ont besoin pour réussir.

Engagement

Un autre secteur où les sociétés les mieux gérées se distinguent est la façon dont elles réussissent à susciter un degré d’engagement supérieur de leurs leaders et de leurs employés en général. Cela passe par des investissements délibérés et ciblés dans leur culture et leur personnel et même par des investissements massifs en ce qui concerne l’acquisition continue de compétences. De fait, l’investissement dans les personnes, que ce soit sur le plan des aptitudes comportementales, du leadership ou des compétences techniques et sectorielles, permet aux sociétés d’être agiles et compétentes, en plus de démontrer à l’externe qu’elles disposent des « meilleurs éléments ». Lors de notre symposium annuel à Toronto, l’année dernière, l’auteur Tom Peters, conférencier pour l’occasion, a présenté cet investissement de la façon suivante : « vos clients ne seront jamais plus satisfaits que vos employés et c’est pourquoi il est logique d’investir dans le bien-être de ces derniers et dans leur capacité à répondre aux besoins de vos clients ». M. Peters a même ajouté que si nous ne pouvons garantir un emploi à vie à quelqu’un dans le contexte actuel, nous pouvons néanmoins lui promettre que nous investirons en lui. Cet impératif moral mérite qu’on y réfléchisse.

Performance financière

Un programme de reconnaissance des entreprises qui n’évaluerait ni n’exigerait l’excellence de la performance financière nous semblerait naturellement superficiel. Les meilleures sociétés se démarquent dans ce domaine parce qu’elles prennent la peine de mesurer les éléments qui sont pertinents à leur contexte d’affaires, puis de les communiquer. Le succès financier est difficile à mesurer lorsque l’orientation stratégique d’une société ainsi que les leviers qu’elle doit spécifiquement surveiller et maîtriser ne sont pas entièrement compris. L’analyse réfléchie de ces facteurs contribue à ce que les meilleures sociétés se distinguent des autres.

La modernisation de la fonction Finances et les attentes croissantes envers celle-ci afin qu’elle agisse en tant que partenaire d’affaires, l’amélioration des communications, plutôt que la simple évaluation du rendement, l’adaptation de mesures de contrôle des risques appropriées et le maintien d’un bilan sain sont autant de questions auxquelles toutes ces sociétés accordent de l’importance.

Dès lors, quels sont les enjeux d’aujourd’hui pour les directeurs financiers en particulier? Les questions suivantes vous aideront à bien les cerner :

  • L’orientation choisie par la société est-elle suffisamment comprise par tous et quels moyens vous permettraient de simplifier le message à communiquer?
  • Quels indicateurs à votre disposition vous permettraient de démontrer que la société est sur la bonne voie?
  • Quelle est la capacité de votre équipe à réaliser les objectifs de la fonction Finances? Autrement dit, votre groupe est-il adéquat pour concrétiser vos intentions?

Si vous faites face à des défis en lien avec l’une ou l’autre de ces questions, vous devez commencer à prendre des décisions qui permettront d’accroître les compétences de l’équipe en place et à apporter les changements requis pour faire de l’équipe des finances un partenaire d’affaires à part entière. À cet effet, réévaluez le degré d’engagement de vos collaborateurs et interrogez-vous sur les moyens de l’élever. Enfin, si vous êtes convaincu que votre équipe met efficacement en œuvre les principes fondamentaux et présente clairement ce qui est important, la prochaine étape consistera à bâtir votre trousse à outils. Favorisez l’excellence en améliorant votre capacité à ajouter de la valeur au travail qui est accompli par le recours à des outils d’analytique évolués, et en encourageant et en récompensant l’innovation et la productivité au sein de votre équipe.

 

Personne-ressource

Peter E Brown Peter E. Brown

Peter est un associé de Deloitte, ainsi que leader mondial du Programme des sociétés les mieux gérées, membre de l’équipe de direction mondiale de Deloitte Sociétés privées et coleader du Programme des sociétés les mieux gérées au Canada.

 

 

Correction list for hyphenation

These words serve as exceptions. Once entered, they are only hyphenated at the specified hyphenation points. Each word should be on a separate line.