Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.
Certaines des fonctions de notre site ne sont pas prises en charge par votre version de navigateur, ou vous avez peut-être sélectionné le mode de compatibilité. Veuillez désactiver le mode de compatibilité, télécharger Internet Explorer 9 ou une version plus récente, ou essayer d’utiliser un autre navigateur tel que Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Juin 2015

Hans Hoogervorst aborde le sujet du coût historique et de la juste valeur

29 juin 2015

Lors de la conférence de l’IFRS Foundation qui s’est tenue à Paris le 29 juin 2015, le président de l’International Accounting Standards Board (IASB), Hans Hoogervorst, a abordé la question de l’évaluation des actifs et des passifs, sujet qu’il qualifie de « l’un des plus complexes en comptabilité ».

M. Hoogervorst a fait référence à l’exposé-sondage récemment publié sur le nouveau cadre conceptuel, lequel comprend un chapitre sur l’évaluation qui décrit les diverses bases d’évaluation, les renseignements qu’elles permettent d’obtenir ainsi que les avantages et les inconvénients liés à leur utilisation. L’IASB a classé dans ce chapitre les techniques d’évaluation en deux catégories : le coût historique et la valeur actuelle.

M. Hoogervorst a souligné que « la dichotomie entre le coût historique et la juste valeur n’est pas aussi marquée que ce à quoi nous pourrions nous attendre ». Il a donné des exemples de quatre situations où la différence entre la stabilité présumée du coût historique et la volatilité souvent associée à la valeur actuelle est mince. Il a indiqué i) que, pour bon nombre de transactions, le coût historique commence et se termine avec la juste valeur (ou des valeurs très rapprochées); ii) que, malgré son nom, le coût historique est également mis à jour (amortissement); iii) que la stabilité présumée découlant de la comptabilisation au coût historique peut être extrêmement trompeuse; iv) que la stabilité du coût historique peut être grandement ébranlée par certains événements.

M. Hoogervorst a également indiqué que le coût historique ne devrait pas être complètement abandonné au profit de la juste valeur. Il a expliqué dans les très grandes lignes les conclusions quant aux situations où les diverses catégories de bases d’évaluation devraient être appliquées : i) si la nature des activités commerciales consiste à utiliser des actifs en combinaison avec d’autres actifs pour produire des biens ou des services, le coût historique devrait généralement être privilégié; ii) si la nature des activités commerciales consiste à échanger des actifs ou des passifs sur des marchés actifs, l’évaluation à la valeur actuelle devrait être utilisée; iii) si les caractéristiques d’un actif ou d'un passif sont telles qu’elles sont très sensibles aux conditions du marché ou aux autres risques associés à l’élément, l’évaluation à la valeur actuelle serait également généralement à privilégier.

M. Hoogervorst a ajouté que d’autres facteurs devraient sans contredit être pris en compte tels que le coût lié à l’évaluation, le degré d’incertitude lié à l’évaluation, la fidélité des informations présentées et l’élimination de non-concordances comptables. Il a encouragé son auditoire à soumettre des commentaires sur l’exposé-sondage de l’IASB. 

L’allocution intégrale du président se trouve sur le site Web de l’IASB.

L'IASB conclut l'examen de la mise en œuvre d'IFRS 3

17 juin 2015

Le 17 juin 2015, l'International Accounting Standards Board (IASB) a annoncé avoir terminé son examen de la mise en œuvre d'IFRS 3, Regroupements d'entreprises. La conclusion de cet examen est qu'IFRS 3 et les normes connexes ont suscité l'adhésion générale, mais que plusieurs aspects nécessitent une recherche plus poussée.

Dans le rapport sur l'examen de la mise en œuvre, des informations tirées de publications didactiques ainsi que les commentaires des investisseurs et autres utilisateurs des états financiers, des préparateurs d'états financiers, des auditeurs et des autorités de réglementation sont examinés. Le rapport conclut que « l'utilité de la présentation du goodwill, des autres immobilisations incorporelles et de la perte de valeur du goodwill » suscite l'adhésion générale. Cependant, les opinions sur certains éléments de la norme sont partagées.

À la lumière de ce rapport, l'IASB a ajouté à son programme deux projets de recherche qui mettront l'accent sur les éléments suivants :

  • l'efficacité et la complexité des tests de la dépréciation du goodwill;
  • la comptabilisation ultérieure du goodwill;
  • les enjeux liés à l'application de la définition d'une entreprise;
  • l'identification et l'évaluation à la juste valeur des immobilisations incorporelles, comme les relations commerciales et les marques.

Pour en savoir davantage, lire le communiqué de presse et le rapport sur l'examen de la mise en œuvre sur le site Web de l'IASB (en anglais seulement).

L'IASB propose des modifications d'IAS 19 et d'IFRIC 14 portant sur la comptabilisation des régimes de retraite

18 juin 2015

Le 18 juin 2015, l'International Accounting Standards Board (IASB) a publié un exposé-sondage sur les modifications qu'il se propose d'apporter à IAS 19, Avantages du personnel et à IFRIC 14, IAS 19 – Le plafonnement de l’actif au titre des régimes à prestations définies, les exigences de financement minimal et leur interaction. Les modifications visent à répondre à deux questions soumises à l'IFRS Interpretations Committee. La date limite de réception des commentaires est le 19 octobre 2015.

Des demandes ont été soumises à l'IFRS Interpretations Committee pour clarifier :

  1. le calcul du coût des services rendus au cours de la période et des intérêts nets lorsqu'une entité réévalue le passif (l'actif) net au titre des prestations définies au moment où se produit la modification, la réduction ou la liquidation d'un régime;
  2. si le pouvoir d'un fiduciaire d'augmenter les prestations ou de liquider le régime a une incidence sur le droit inconditionnel de l'entité à un remboursement et donc, conformément à IFRIC 14, limite la comptabilisation d'un actif.

Comme ces deux questions sont liées à IAS 19 et que l'IASB est d'avis qu'un seul jeu de modifications apportées en même temps réduirait le fardeau administratif de ceux concernés par ces questions, il a décidé de régler ces deux questions dans un exposé-sondage à portée limitée.

Consulter :

L'IASB publie une mise à jour de son programme de travail

30 juin 2015

Le 30 juin 2015, à la suite de sa réunion de juin, l’International Accounting Standards Board (IASB) a mis à jour son programme de travail. On annonce dans le programme de travail révisé que la publication de l’exposé-sondage sur l’élimination des gains et des pertes découlant de transactions « en aval », de même que la publication du projet d’interprétation IFRIC sur la comptabilisation des incertitudes à l’égard des impôts sur le résultat, qui étaient initialement prévues pour le deuxième trimestre de 2015, ont été reportées au troisième trimestre de 2015. Le programme précise également que de nouvelles délibérations sur plusieurs projets ont aussi été reportées au troisième trimestre de 2015. Le programme de travail de l'IASB se trouve sur le site Web de l’IASB.

Le programme de travail de l'IASB se trouve sur le site Web de l’IASB (en anglais).

L'IFRS Foundation publie des propositions sur la taxonomie IFRS 2015

17 juin 2015

Le 17 juin 2015, l'IFRS Foundation a publié aux fins de commentaires une première mise à jour proposée de la taxonomie IFRS.

Les mises à jour de la taxonomie renferment des concepts supplémentaires qui reflètent les IFRS nouvelles et améliorées, les mises à jour techniques et des corrections.

La date limite de réception des commentaires sur la mise à jour proposée est le 17 août 2015.

Pour en savoir davantage, lire le communiqué de presse sur le site Web de l'IASB.

L’IASB publie un article de la série Investor Perspectives sur la prudence

11 juin 2015

Le 11 juin 2015, l’International Accounting Standards Board (IASB) a publié un nouvel article de sa série Investor Perspectives, dans lequel Steve Cooper, membre de l’IASB, traite du concept de prudence.

Le 28 mai 2015, l’IASB a publié un exposé-sondage sur le Cadre conceptuel, qui introduit de nouveau explicitement la notion de prudence et indique que faire preuve de prudence appuie la neutralité.

Pour en savoir davantage, consultez l’article de juin 2015 de la série Investor Perspectives sur le site Web de l’IASB (en anglais).

La Commission européenne conclut l'évaluation de l'utilisation des IFRS au sein de l'UE

19 juin 2015

Le 18 juin 2015, la Commission européenne a publié un rapport sur l'évaluation de son règlement sur l'application des Normes internationales d'information financière (IFRS). Cette évaluation visait à établir si les objectifs initiaux du règlement restent pertinents et à repérer des aspects à améliorer quant à son application, au besoin.

Il ressort principalement de cette évaluation entamée en août 2014 que les IFRS sont devenues le langage comptable commun sur les marchés financiers. Les préparateurs ont indiqué que leur expérience de l'application des IFRS est, dans l'ensemble, positive et que, dans la plupart des cas, les avantages l'emportent sur les coûts. Les investisseurs se sont déclarés largement favorables aux IFRS en raison du gain de transparence et de comparabilité des états financiers qu'elles apportent.

Consulter les documents suivants sur le site Web de la Commission européenne :

La Commission européenne lance une consultation sur la transparence fiscale des entreprises

18 juin 2015

Le 17 juin 2015, la Commission européenne a lancé une consultation publique sur la transparence fiscale des entreprises dans l'Union européenne. Cette consultation vise à déterminer si le fait d'obliger les entreprises à divulguer davantage d'informations concernant les impôts qu'elles acquittent permettrait de lutter contre l'évasion fiscale et les pratiques fiscales agressives dans l'Union.

Cette consultation vise à déterminer si le fait d'obliger les entreprises à divulguer davantage d'informations concernant les impôts qu'elles acquittent permettrait de lutter contre l'évasion fiscale et les pratiques fiscales agressives dans l'Union. À titre d'exemple, les entreprises pourraient être tenues de publier des informations sur les impôts qu'elles acquittent dans chaque pays où elles exercent des activités.

Ouvrir la page sur la consultation sur le site Web de la Commission européenne.

La FEE appuie le report d'IFRS 9 pour les compagnies d'assurance

26 juin 2015

Le 22 juin 2015, la Fédération des Experts-comptables Européens (FEE) a répondu à l'avis d'adoption provisoire de l'European Financial Reporting Advisory Group (EFRAG) sur IFRS 9, Instruments financiers.

Le principal commentaire de la lettre soumise par la FEE porte sur le report potentiel d'IFRS 9 pour les activités d'assurance, en attendant que l'International Accounting Standards Board (IASB) finalise sa norme sur les contrats d'assurance. Voici un extrait de la lettre :

Nous sommes d'accord avec la proposition de l'EFRAG selon laquelle la Commission européenne devrait demander à l'IASB de reporter la date d'entrée en vigueur d'IFRS 9 pour les entités qui exercent des activités d'assurance importantes, ou sinon de trouver et d'étudier d'autres solutions viables pour régler les problèmes de non-concordances comptables qui pourraient nuire à la présentation d'informations sur la performance par ces entités. La FEE souligne l'importance d'une solution internationale à cette question. Un report à la seule échelle de l'Europe constituerait en fait un retrait de l'application intégrale des IFRS, ce qui selon nous doit être évité, puisque cela ne serait pas sans conséquence.

De plus, la FEE précise que le report d'IFRS 9 devrait être facultatif et d'une durée limitée.

Consulter la lettre de commentaires (en anglais) sur le site Web de la FEE.

Le chef comptable de la SEC est d’avis que la déclaration de l’ancien président de la SEC sur l’abandon des IFRS était « prématurée »

08 juin 2015

Le 5 juin 2015, pendant une conférence sur l’information financière en Californie, Jim Schnurr, chef comptable de la Securities and Exchange Commission (SEC), a confirmé que la SEC ne comptait pas abandonner l’objectif d’un ensemble unique de normes comptables de haute qualité reconnues à l’échelle internationale.

M. Schnurr a souligné que le soutien en faveur d’un ensemble unique de normes comptables de haute qualité reconnues à l’échelle internationale ne s’est jamais essoufflé. Il a également déclaré :

Je crois qu’à court terme, le FASB et l’IASB devraient continuer de se concentrer sur l’harmonisation des normes. Ils devraient renouveler leur engagement envers la collaboration et l’élaboration de normes qui éliminent les différences entre les IFRS et les PCGR des É.-U. lorsque cela répond aux besoins de leurs parties prenantes et améliore la qualité de l’information financière. Je suis conscient que les conseils ne seront pas toujours en mesure d’éliminer les différences, principalement parce qu’ils servent des parties intéressées différentes qui n’ont pas les mêmes besoins. Cependant, lorsque des écarts entre les normes sont relevés, les conseils devraient surveiller la façon dont ces normes sont mises en œuvre dans le but d’en tirer des renseignements et, par la suite, de collaborer en vue d’atteindre une convergence de ces normes et les meilleurs résultats possible en matière d’information financière.

Cliquez ici pour lire l’intégralité de l’allocution de M. Schnurr sur le site Web de la SEC. Vous trouverez tous les documents sur la conférence sur le site Web de celle-ci

Le point sur la composition de l'ASAF

24 juin 2015

Le 24 juin 2015, les administrateurs de l'IFRS Foundation ont annoncé la nouvelle composition de l'Accounting Standards Advisory Forum (ASAF) pour les trois prochaines années. L'ASAF est présidé par l'International Accounting Standards Board (IASB) et compte douze autres membres de partout dans le monde.

Le Conseil des normes comptables continuera de faire partie de l'ASAF.

Pour en savoir davantage, lire le communiqué de presse sur le site Web de l'IASB.

[1] 2

Correction list for hyphenation

These words serve as exceptions. Once entered, they are only hyphenated at the specified hyphenation points. Each word should be on a separate line.