Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.
Certaines des fonctions de notre site ne sont pas prises en charge par votre version de navigateur, ou vous avez peut-être sélectionné le mode de compatibilité. Veuillez désactiver le mode de compatibilité, télécharger Internet Explorer 9 ou une version plus récente, ou essayer d’utiliser un autre navigateur tel que Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Le président de l’IASB doute que nous soyons parés à la prochaine crise, mais constate de grandes améliorations dans la présentation de l’information financière

  • IFRS - IASB Image

11 déc 2018

Le 11 décembre 2018, l’International Accounting Standards Board (IASB) a publié une allocution donnée par son président, Hans Hoogervorst, lors de la conférence de l’AICPA de 2018, et qui portait sur les plus récentes activités de la SEC et du PCAOB. Dans son allocution, M. Hoogervorst s’est penché sur les leçons apprises de la crise financière mondiale, a dressé le portrait des risques énormes dans l’économie mondiale actuelle et a exprimé des doutes quant au degré de préparation du système financier, dans son ensemble, pour la prochaine crise financière.

M. Hoogervorst a ouvert son discours en donnant un aperçu de la situation financière mondiale, particulièrement en ce qui a trait à l’endettement mondial, aux taux d’intérêt, au piège de l’endettement, ainsi qu’à la capitalisation du système bancaire. Sur cette toile de fond, il a tenté d’analyser si les normes comptables actuelles seraient adaptées à l’usage prévu advenant une nouvelle crise financière.

M. Hoogervorst a d’abord discuté de la norme IFRS 9 et des modèles de pertes attendues élaborés par l’IASB® et le FASB. Il a commenté les préoccupations selon lesquelles IFRS 9 pourrait causer une réaction disproportionnée, puisque les perspectives économiques sont susceptibles d'être exagérément pessimistes durant une récession, ce qui précipiterait la phase baissière du cycle économique. Or, selon lui, ces craintes ne sont pas justifiées pour trois raisons :

  • La cristallisation plus rapide des pertes sur prêts causée par IFRS 9 devrait avoir un effet préventif.
  • La comptabilisation opportune des pertes sur prêts devrait contribuer à limiter les distributions de dividendes et les politiques de rémunération imprudentes.
  • La comptabilisation rapide des pertes sur prêts devrait permettre de nettoyer les bilans des banques dans un délai raisonnable, et ainsi de débloquer plus rapidement les flux de crédits pour les sociétés en bonne santé financière.

M. Hoogervorst s’est ensuite penché sur IFRS 17 et ses contributions à la stabilité financière. Sa présentation faisait état de six d’entre elles :

  • Évaluation appropriée des passifs d’assurance
  • Transparence à l’égard du coût des options et des garanties
  • Mise à jour des renseignements sur les marges de risque
  • Comptabilisation immédiate des contrats déficitaires
  • Fin de la prise de profits anticipée
  • Moins de manipulation des résultats.

Enfin, M. Hoogervorst s’est intéressé au goodwill et au risque que le goodwill continue à s’accumuler au fil du temps, même lorsque les données économiques ne le justifient pas. À son avis, la comptabilisation du goodwill ne représente aucun risque important pour ce qui est de déclencher une crise financière; toutefois, lors de la prochaine crise financière, tout le goodwill accumulé depuis la dernière crise se retrouverait immédiatement déprécié, ce qui aurait pour effet d'aggraver l’instabilité des marchés financiers. M. Hoogervorst a mentionné le document de travail que l’IASB prévoit publier sur le sujet et dans lequel il présente de nouvelles approches à l’égard du goodwill. Le document posera la question à savoir s’il est possible d’améliorer les informations à fournir afin d’aider les investisseurs à déterminer si une acquisition a été réussie, proposera la présentation d’informations qui donnent un aperçu du bilan d’une société sans tenir compte du goodwill et comprendra une discussion sur la réintroduction de l’amortissement du goodwill.

M. Hoogervorst a conclu son allocution en remarquant qu’il doute que le système financier dans son ensemble soit paré à la prochaine crise financière. Toutefois, il a ajouté : « Ce dont je suis sûr, c’est que les récentes améliorations apportées à nos normes comptables permettront une plus grande transparence, ce qui aidera les investisseurs et les autorités de réglementation à identifier les risques beaucoup plus tôt. Il s'agit de la meilleure contribution à la stabilité financière que peut apporter le secteur de la comptabilité. »

Consulter l’allocution dans son intégralité (avec des diapositives intégrées) sur le site web de l’IASB (en anglais).

Correction list for hyphenation

These words serve as exceptions. Once entered, they are only hyphenated at the specified hyphenation points. Each word should be on a separate line.