Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.
Certaines des fonctions de notre site ne sont pas prises en charge par votre version de navigateur, ou vous avez peut-être sélectionné le mode de compatibilité. Veuillez désactiver le mode de compatibilité, télécharger Internet Explorer 9 ou une version plus récente, ou essayer d’utiliser un autre navigateur tel que Google Chrome ou Mozilla Firefox.

2020

Conjoncture économique, perturbations technologiques et réglementaires : voilà les principaux risques en 2020, selon un sondage auprès de dirigeants et d’administrateurs

09 janv 2020

Le 9 janvier 2020, la National Association of Corporate Directors (NACD) a mis en ligne un billet de blogue sur un sondage mondial mené auprès de hauts dirigeants et d’administrateurs sur des risques macroéconomiques, stratégiques et opérationnels, ce qui démontre bien l’influence de l’économie, des talents, des perturbations technologiques et de la culture sur les risques.

Ce sondage, mené par Protiviti et l’initiative sur la gestion des risques d’entreprise de la North Carolina State University, a permis de recueillir les commentaires de 1 063 hauts dirigeants et administrateurs de différents secteurs. Les risques ont ainsi été classés par ordre de priorité afin d’établir les principales incertitudes auxquelles les sociétés seront confrontées en 2020. Voici les dix principaux risques de 2020, selon le sondage :

  1. Incidence des changements réglementaires et surveillance de la résilience opérationnelle, des produits et des services
  2. Conjoncture économique (répercussions sur la croissance)
  3. Défis liés à la relève; capacité d’attirer et de conserver les talents
  4. Capacité de faire concurrence aux entreprises issues de l’ère numérique et aux autres entreprises concurrentes
  5. Résistance aux changements
  6. Cybermenaces
  7. Confidentialité et gestion des identités; sécurité de l’information
  8. La culture de l’organisation pourrait ne pas encourager l’identification et la gestion rapide des risques
  9. Fidélisation de la clientèle
  10. L’adoption des technologies numériques peut exiger de nouvelles compétences difficiles à trouver

Consulter le billet de blogue sur le site de la NACD (en anglais).

Cybermenace : la riposte doit être mondiale

13 janv 2020

Le 13 janvier 2020, le Fonds monétaire international a publié sur son site de blogue (IMFBlog) un article selon lequel nous connaissons tous désormais la vitesse à laquelle les fonds se déplacent à l’échelle planétaire et comment, par conséquent, la cybercriminalité, de plus en plus transfrontalière, opère à des vitesses aussi grandes.

La cybersécurité mondiale est devenue tributaire de la vitesse de réaction des autorités et de l’intégration de la lutte contre les criminels. Grâce à l’élaboration de normes techniques et de gestion du risque, à la création de forums de partage de l’information et à la mobilisation de ressources considérables, des organismes internationaux s’efforcent de sensibiliser les intéressés et de définir de saines pratiques dans une perspective mondiale.

Consulter l’article dans son intégralité sur le site IMFBlog.

Davos 2020 : Les parties prenantes en faveur d’un monde solidaire et durable

25 févr 2020

En février 2020, le Forum économique mondial (FEM) a publié un résumé de la couverture médiatique et numérique de janvier sur sa réunion annuelle de 2020.

Le principal thème discuté lors de la réunion annuelle était les mesures contre les changements climatiques pour attendre l’objectif de zéro émission nette de CO2 en 2050 ou avant. Cette urgence est d’ailleurs reflétée dans le Global Risks Report 2020, qui place les changements climatiques comme l’un des cinq principaux risques depuis sa toute première publication et le rapport Nature Risk Rising, qui établit à 44 milliards de dollars la génération de valeur économique exposée à la perte de nature. La durabilité était également à l’ordre des points abordés et la nécessité pour les dirigeants d’entreprises de regrouper leurs efforts pour répondre aux enjeux mondiaux les plus urgents. Ceci a une incidence sur l’environnement et constitue une autre façon de contribuer à l’amélioration de la condition mondiale.

Lire le résumé sur le site web du FEM (en anglais).

Développements récents en matière de développement durable et d’information intégrée

17 mars 2020

Voici un résumé des développements récents dans les activités du Climate Disclosure Standards Board (CDSB), du Carbon Disclosure Project (CDP) et du Sustainability Accounting Standards Board (SASB).

Le CDSB et le CDP ont conjointement publié un manuel de présentation de l’information sur le développement durable pour aider les sociétés à améliorer les informations qu’elles présentent conformément à la directive de l’Union européenne sur la publication d’informations non financières. Le EU Environmental Reporting Handbook permet aux sociétés de s’inspirer de leurs pairs afin de mieux comprendre la manière de présenter des informations conformément à la directive en vigueur. Consulter le manuel sur le site web du CDSB (en anglais).

Le SASB a lancé le SASB Implementation Primer, une ressource en ligne créée à l’intention des entreprises qui cherchent à intégrer les normes du SASB à leurs communications clés avec les investisseurs. Consulter le communiqué de presse et la ressource sur le site web du SASB (en anglais). 

Direction et conseil d’administration : l’art de maintenir une relation de grande qualité

25 févr 2020

Le 25 février 2020, la National Association of Corporate Directors (NACD) a publié un blogue sur la difficulté de maintenir un antagonisme équilibré dans la salle du conseil, c’est-à-dire d’avoir un conseil d’administration qui reste objectif, indépendant et sceptique dans ses recommandations à la direction de l’entreprise.

En effet, la complexité croissante de l’environnement économique crée des attentes énormes à l’endroit des conseils d’administration et des chefs de la direction, qui doivent se montrer à la hauteur. Les avancées rapides de la technologie, le bouleversement des modèles économiques traditionnels, l’incertitude économique et géopolitique, ainsi que les revendications des investisseurs qui exigent des chefs de direction et des conseils d’administration qu’ils rendent davantage de comptes à l’égard des résultats de l’entreprise sont autant de facteurs susceptibles de miner les relations entre le conseil d’administration et le chef de la direction.

Pour en savoir plus à ce sujet, lire le blogue dans le site web de la NACD (en anglais).

Évaluations des systèmes de gestion de la qualité : le CCRC publie un modèle d’évaluation révisé

15 juil 2020

Le 15 juillet 2020, le Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC) a publié un bulletin intitulé « Évaluations des systèmes de gestion de la qualité : le CCRC publie un modèle d’évaluation révisé ».

Fidèle à son engagement stratégique visant à améliorer l’efficacité réglementaire et à apporter des changements ciblés et systémiques en vue d’accélérer l’amélioration de la qualité de l’audit, le CCRC a annoncé avoir redéfini les critères se rapportant aux évaluations des systèmes de gestion de la qualité ainsi que les principaux concepts sous-jacents.

Dès 2021, le CCRC procèdera à des évaluations préliminaires de quelques-uns des cabinets inspectés annuellement en fonction de ces critères afin de favoriser une culture de la qualité au sein de ces organisations. Pour tous les autres cabinets faisant l’objet d’une inspection annuelle, le CCRC évaluera les systèmes de gestion de la qualité parallèlement à l’adoption par ceux-ci des normes ISQM 1 et ISQM 2. Ces nouvelles normes devraient être finalisées en 2020 et assorties d’une période d’adoption de 18 mois.

Pour en savoir davantage, consulter le bulletin L’échange CCRC sur le site web du CCRC.

Faits saillants de la réunion de l’IESBA du 16 au 18 mars 2020

31 mars 2020

Le 31 mars 2020, l’International Ethics Standards Board for Accountants (IESBA) a publié le compte rendu de sa réunion du 14 au 16 mars 2020.  

Voici les points de discussion abordés :

  • Rôle et état d’esprit
  • Initiative de formation en comptabilité de l’IFAC
  • Planification fiscale et services connexes
  • eCode – Phase 2
  • Indépendance des équipes de mission affectées aux audits de groupe
  • Coordination IAASB-IESBA 
  • Technologies
  • EIP

Consulter les faits saillaints et le balado sur le site web de l’IESBA (en anglais).

Faits saillants de la réunion du 8 au 12 et du 15 juin 2020 de l’IESBA

10 août 2020

Le 10 août 2020, l’International Ethics Standards Board for Accountants (IESBA) a publié les faits saillants de sa réunion du 8 au 12 juin et 15 juin 2020.

Voici les points de discussion abordés :

  • Rôle et état d’esprit
  • Planification fiscale
  • Coordination IAASB-IESBA
  • Définitions des termes « entité cotée » et « entité d’intérêt public »
  • Technologie
  • eCode Phase 2

Consulter les faits saillants et le balado sur le site web de l’IESBA (en anglais). 

Faits saillants des réunions de l’IESBA de septembre et d’octobre 2020

12 oct 2020

En octobre 2020, l’In­ter­na­tional Ethics Stan­dards Board for Ac­coun­tants (IESBA) a publié les faits saillants de ses réunions virtuelles du 14 au 21 septembre et du 1er octobre 2020.

En octobre 2020, l’In­ter­na­tional Ethics Stan­dards Board for Ac­coun­tants (IESBA) a publié les faits saillants de ses réunions virtuelles du 14 au 21 septembre et du 1er octobre 2020.

Voici les points de discussion abordés :

  • Objectivité du responsable du contrôle qualité de la mission
  • Services autres que de certification (SAC)
  • Dispositions liées aux honoraires du Code (honoraires)
  • Définitions des termes « entité cotée » et « entité d’intérêt public »
  • Technologies
  • Indépendance des équipes de mission affectées aux audits de groupe
  • Technologie eCode Phase 2

Consulter les faits saillants et le balado sur le site web de l’IESBA (en anglais).

Implications de la COVID-19 sur l’audit de sociétés ouvertes : considérations pour les comités d’audit

30 juin 2020

Le 30 juin 2020, le Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC) a publié un bulletin L’échange CCRC intitulé « Implications de la COVID-19 sur l’audit de sociétés ouvertes : considérations pour les comités d’audit ».

Le CCRC observe que la pandémie mondiale de COVID-19 continue d’avoir des répercussions importantes sur les émetteurs assujettis canadiens et leurs auditeurs et est donc d’avis qu’il est important que la qualité de l’audit ne soit pas compromise par ces difficultés et que les auditeurs prennent soin d’évaluer adéquatement la comptabilité et les informations fournies par les émetteurs assujettis canadiens.

Comme les comités d’audit jouent un rôle essentiel dans la supervision de l’audit externe, le CCRC encourage les comités d’audit à tenir compte des éléments suivants qui pourraient avoir une incidence sur la qualité des audits de sociétés ouvertes au Canada et à en discuter avec leur équipe de direction et d’audit : i) les contrôles internes; ii) la fraude; iii) les enjeux comptables complexes ou nouveaux; iv) les personnes; v) la gestion de projet; vi) les changements dans les procédures d’audit et d’examen; et vii) les travaux d’audit en pays étranger.

Pour en savoir davantage, consulter le bulletin L’échange CCRC sur le site web du CCRC.

Correction list for hyphenation

These words serve as exceptions. Once entered, they are only hyphenated at the specified hyphenation points. Each word should be on a separate line.