Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.
Certaines des fonctions de notre site ne sont pas prises en charge par votre version de navigateur, ou vous avez peut-être sélectionné le mode de compatibilité. Veuillez désactiver le mode de compatibilité, télécharger Internet Explorer 9 ou une version plus récente, ou essayer d’utiliser un autre navigateur tel que Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Article intitulé « A seat at the table: Worker voice and the new corporate boardroom »

  • États-Unis Image

30 sept 2021

Plus que jamais depuis quatre décennies, les besoins et les intérêts des travailleurs retiennent l’attention des administrateurs de sociétés, des chefs de la direction et des investisseurs. L’année 2020 a notamment mis sous les feux de la rampe des préoccupations et des enjeux aussi divers que les salaires, la santé, la sécurité et la diversité des travailleurs, l’équité et l’inclusion et ouvert le dialogue sur le traitement réservé aux travailleurs par l’économie moderne. La gouvernance d’entreprise aux États-Unis se trouve donc dans l’obligation d’étudier toutes ces questions.

Bien que les conseils d’administration consacrent aujourd’hui de plus en plus de temps aux questions touchant les travailleurs, leurs membres continuent de s’informer sur ces différents sujets de manière indirecte en se fiant aux sondages réalisés auprès d’employés et aux avis de la haute direction. Faute d’un dialogue direct avec les travailleurs, il est difficile de savoir si les discussions des conseils portent réellement sur les préoccupations de leurs employés et sur la manière dont ceux-ci pourraient communiquer leurs observations sur les activités de l’entreprise. 

L’état de la situation révèle une occasion de renforcer le système de gouvernance d’entreprise aux États-Unis. À l’heure actuelle, le système est mal conçu pour répondre aux intérêts des travailleurs. Ils n’ont aucun rôle officiel dans la gouvernance d’entreprise. La réalité des chefs de la direction, des administrateurs et des investisseurs est trop éloignée de celle des travailleurs de première ligne. Ces derniers ne contribuent que rarement aux discussions des conseils d’administration et les risques qu’ils courent sont souvent sous-évalués. Les dirigeants gaspillent donc une occasion de s’informer qui s’avérerait bénéfique pour leurs entreprises, leurs travailleurs et l’ensemble de la société. 

Consulter l’article sur le site du Aspen Institute.

Correction list for hyphenation

These words serve as exceptions. Once entered, they are only hyphenated at the specified hyphenation points. Each word should be on a separate line.