Ce site a recours à des fichiers témoins (cookies) dans le but de vous offrir les services les plus adaptés et les plus personnalisés possible. En utilisant ce site, vous consentez à l’utilisation de fichiers témoins. Veuillez lire notre avis sur les fichiers témoins (http://www2.deloitte.com/ca/fr/avis-juridique/temoins.html) pour obtenir de plus amples informations sur la nature des fichiers témoins que nous utilisons et sur la façon de supprimer ou de bloquer ces fichiers.
Certaines des fonctions de notre site ne sont pas prises en charge par votre version de navigateur, ou vous avez peut-être sélectionné le mode de compatibilité. Veuillez désactiver le mode de compatibilité, télécharger Internet Explorer 9 ou une version plus récente, ou essayer d’utiliser un autre navigateur tel que Google Chrome ou Mozilla Firefox.

Bulletin CFO Insights: Capital allocation – How to recognize bias in your decision-making

Publié le: 22 févr 2018

Les directeurs financiers s’appuient généralement sur leur processus de planification en matière de capital lorsqu’ils ont des décisions cruciales à prendre. Actionnaires, créanciers et employés s’attendent tous à ce que la direction prenne cette obligation au sérieux, sans jamais se tromper.

Un coup d’œil à l’indice S&P 500 suffit toutefois pour voir à quel point il peut être difficile d’obtenir des résultats positifs à tout coup. Examinons le cas du rendement du capital investi, par exemple. Une étude de Deloitte nous apprend qu’il n’y a pas le moindre lien de cause à effet significatif entre le montant des dépenses en immobilisations (comme pourcentage des produits) et le rendement du capital investi, ni entre la croissance des dépenses en immobilisations et le rendement du capital investi. Peut-on vraiment s’étonner, donc, que plus de 60 % des directeurs financiers interrogés dans le cadre d’une autre étude ne croient pas en la capacité de leur organisation d’affecter les capitaux de manière optimale?

Comment expliquer ce constat? En théorie, il est normal de s’attendre à ce que les objectifs et les priorités établis par la direction d’une organisation seront respectés par le reste de l’organisation. Et pourtant, la science du comportement montre – et vous l’aurez peut-être vous-même remarqué – que tout n’est pas aussi simple dans la pratique. Les gens, semble-t-il, sont parfois trop optimistes quant aux résultats des mesures qu’ils choisissent de prendre, ils accordent trop d’importance à certaines informations données et ils font une interprétation trop étroite d’un objectif.

C’est ce que la science du comportement appelle des biais cognitifs et, en l’occurrence, un biais d’optimisme, un biais d’expertise et un biais de cadrage. Ces biais, qui sont largement documentés dans la littérature didactique, ne sont pas aussi évidents dans les pratiques de planification des immobilisations, mais ils ne sont pas pour autant moins répandus. Dans ce premier de deux bulletins CFO Insights sur l’affectation des capitaux, nous analysons les attributs qui facilitent la détection de ces biais et les façons dont ils peuvent se manifester aux différentes étapes du processus de planification en matière de capital.

Ce bulletin est publié par notre cabinet américain.

Télécharger

Sujets connexes

Correction list for hyphenation

These words serve as exceptions. Once entered, they are only hyphenated at the specified hyphenation points. Each word should be on a separate line.